Livres Critique

La Brume en août

 

 

 

 

 

    A l'automne 1939, Hitler rédigea  un arrêté secret sur son bloc de correspondance privée. Il y stipulait que "la mort digne pouvait être accordée aux malades incurables pour autant que l'entendement humain puisse en juger". Sous une apparence pateline et faussement humaniste, cette décision signa l'arrêt de mort de plusieurs centaines de milliers d'handicapés physiques ou mentaux, de malades "incurables" ou de personnes jugées indésirables à l'instar, par exemple, des gens du voyage.  Comme l'explique l'auteur ( p. 317 ), elle fut appliquée "au pied de la lettre" et  considérée comme un permis de tuer par les médecins - nazifiés à plus de 50 % - et les personnels "sociaux", infirmiers, aides-soignants, etc.  A l'issue de patientes recherches, Robert Domes a rédigé la biographie d'une de leurs innombrables jeunes victimes. Il s'agit d'un ado de 14 ans né  dans une communauté Yéniche : Ernst Lossa. Ce récit terrible ne se limite pas à narrer  les horreurs perpétrées dans des établissements dits sanitaires et sociaux. Il interpelle vivement   la société occidentale  et incite chacun à la vigilance contre  les errances de la violence  institutionnelle.

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

 

"Allemagne, 1933. Ernst Lossa vient d’une famille de Tziganes. Les services sociaux l’arrachent à sa famille et le placent dans un orphelinat. Là, le jeune enfant se débat entre les promesses de revoir ses parents et la difficile adaptation à son nouvel environnement. Quoi qu’il fasse, il est jugé comme un enfant à problèmes car ce qui plane sur lui, c’est le regard des adultes qui le jugent « issu d’une race inférieure ». Il sera transféré plusieurs fois d’institution en institution, jusqu’à être interné dans un hôpital psychiatrique. Commence alors son court voyage vers la mort. Cet enfant, parfaitement sain de corps et d’esprit, gentil, résilient, ne pourra jamais comprendre cette grande faute qu’on lui reproche. Après des années de recherches, Robert Domes tisse sur son destin et en son hommage un récit aussi beau que poignant, qui illustre parfaitement une face peu connue de la nazification des esprits dans l’Allemagne des années 1930. Un scandale historique qui aura été largement ignoré à Nuremberg, comme un dossier perdu dans les ténèbres de la Seconde Guerre mondiale.   (...)

 

Qui juge de la valeur d’une vie ? « Si je ne l’avais pas euthanasié, eh bien il aurait simplement été transféré dans une autre institution. » Dr Valentin Faltlhauser, qui a ordonné le meurtre d’Ernst Lossa, pendant son procès.   La Brume en août est un roman allemand inspiré d’une histoire vraie. Celle d’Ernst Lossa, assassiné à l’âge de 14 ans dans un hôpital psychiatrique par les nazis parce qu’il était tzigane. Déjà adapté au cinéma en Allemagne : http://www.imdb.com/title/tt4250566"

 

 

 

L'auteur : Robert Domes est né en 1961 en Bavière. Il est reporter et a dédié cinq ans de sa vie à son enquête sur le jeune Lossa. La Brume en août est son premier roman.

 

 

 

La Brume en août.

L'histoire vraie d'Ernst Lossa.

Par Robert Domes

Traduit de l'allemand par Edith Noublanche.

La Belle Colère

http://www.labellecolere.com

Isbn : 9782843378683. Octobre 2017. 350 pages. 20 €uros.



05/11/2017
0 Poster un commentaire