Livres Critique

Voyage au Caucase

zoom

 

 

 

 

 

"Nous nous étions engagés sur un chemin étroit et boueux, avec d'immenses marais de chaque côté de nous; ces marais étaient peuplés d'oiseaux aquatiques de toute espèce: pélican, outarde, canepetière, cormoran, canard sauvage; chaque espèce avait là ses représentants.
Le danger de l'homme fait la sécurité des animaux dans ces lieux presque déserts, peuplés seulement par les larrons de chair humaine.
Le chasseur risque trop de devenir gibier lui-même pour donner la chasse aux autres animaux."

Cet extrait donne le ton du voyage qu'Alexandre Dumas effectua  au Caucase en 1859. En plein hiver, dans une région infestée de bandes hostiles,   l'auteur du Conte de Monte-Cristo puise matière à nous conter mille et unes aventures vécues. Dumas narre les exactions des bandits tchétchènes en guerre contre les soldats russes ( déjà !) et nous conte même une poursuite à laquelle il participe. L'auteur est   fasciné par la grande hospitalité des seigneurs locaux rencontrés à Bakou,  Tiflis ou  Nouka.  Son récit fourmille d'anecdotes de première main - il écrit en voyageant - et traite de nombreux sujets :  portrait des peuples et de leurs moeurs, scènes de la vie quotidienne, scènes de chasse, descriptions des territoires, etc. 

Ce livre ultra-vivant interpelle son lecteur tant il reste actuel : on pense notamment à l'évocation de l'antagonisme entre Russes et Tchétchènes.

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

 

"Après un long séjour en Russie en 1858, Alexandre Dumas poursuit ses pérégrinations. De Kislar, il longe les bords de la mer Caspienne jusqu’à Bakou, puis traverse le Caucase d’est en ouest, effectue un séjour à Tbilissi et de là se met en route pour Poti, sur la mer Noire, où il embarque pour revenir en France. Comme le note Michel Brix dans sa préface : « Le Voyage au Caucase compte beaucoup moins de développements d’érudition et beaucoup moins de considérations générales que le Voyage en Russie. On est ici, plutôt, dans le registre du roman d’aventures, avec un formidable morceau de bravoure, à la Joseph Conrad, lorsque l’auteur entreprend de nous relater son itinéraire de retour, de Tbilissi à Poti. En Russie, Dumas avait rencontré deux personnages de son Maître d’armes, à Nijni-Novgorod. Dans le Caucase, il devient lui-même un personnage de ses romans. Certains autochtones le prennent d’ailleurs pour un général français, assisté de son aide de camp (Jean-Pierre Moynet, le peintre français qui le suivait depuis Paris et l’accompagnait dans toutes ses pérégrinations). »
L'auteur a écrit sur place cette relation de voyage, – ce qui confère au récit un ton vivant et spontané, qu'on retrouve moins, par contraste, dans le Voyage en Russie. Le Voyage au Caucase se situe en tout cas, et au même titre que les pages sur la Russie, au premier rang des écrits de Dumas."

 

 

 

 

Voyage au Caucase

Par Alexandre Dumas

Préface de Michel Brix

Editions Bartillat.

www.editions-bartillat.fr

ISBN : 9782841005796. Mai 2016. 6124 pages. 22 €uros.
 

 

 

 

 

 



06/09/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres