Livres Critique

Une pluie sans fin

une-pluie-sans-fin-612461-250-400

 

   

 

 

 

   Voilà ce ce qu'en dit le critique James Lee Burke :  "De temps à autre apparaît un auteur amoureux de son art, du langage écrit […] et des grands mystères qui résident de l’autre côté du monde physique. Il y avait William Faulkner, Cormac McCarthy ou Annie Proulx. Vous pouvez maintenant ajouter Michael Farris Smith à la liste." Sorte de chevauchée noire sur fond post-apocalyptique, Une pluie sans fin  décrit un enchainement d’ouragans, de pluies torrentielles  et   de tempêtes s'abattant sans limites sur le sud des Etats-Unis après Katrina.   L'auteur nous plonge au coeur d'un univers inquiétant qui hante durablement le lecteur : le désastre écologique y devient une gangrène dont l'avancée vorace met nos nerfs à vif. Ce livre est un modèle d'efficacité par sa construction en quatre parties et la qualité de sa langue. Le grand mérite de cette  parabole est de porter le fer dans une plaie sanglante : que deviendra le monde lorsque le délire technologique aura triomphé ?

 


 

 

 

Présentation de l'éditeur :

 

"Après des années de catastrophes écologiques, le sud des États-Unis, de la Louisiane à la Floride, est devenu un véritable no man’s land. Plutôt que de reconstruire sans cesse, le gouvernement a tracé une frontière et ordonné l’évacuation de la zone. Au sud de la Ligne se trouve désormais une zone de non-droit ravagée par les tempêtes et les intempéries incessantes – sans électricité, sans ressources et sans lois.

Cohen fait partie des rares hommes qui ont choisi de rester. Incapable de surmonter la mort de sa femme et de l’enfant qu’elle portait, il tente tant bien que mal de redonner un sens à sa vie, errant sous une pluie sans fin. Des circonstances imprévues vont le mettre en présence d’une colonie de survivants, menée par Aggie, un prêcheur fanatique hanté par des visions mystiques. Celui-ci retenant contre leur gré des femmes et des enfants, Cohen va les libérer et tenter de leur faire franchir la Ligne. Commence alors un dangereux périple à travers un paysage désolé, avec pour fin l'espoir d'une humanité peut-être retrouvée.

Prophétique, sans concession, portée par une langue incantatoire, cette histoire de rédemption aux accents post-apocalyptiques révèle un auteur de tout premier ordre. Une pluie sans fin est de ces romans qui continuent de hanter leur lecteur bien après la dernière page."

 

 

 

 

Une pluie sans fin

par Michael Farris Smith

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Michelle Charrier

Super 8 Editions - © 2014

ISBN : 978-2-37056-032-2 ; mai 2015 ; 445 pages ; 20 €uros.

 



03/09/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres