Livres Critique

Se lever à nouveau de bonne heure.

 

 

zoom

 

 

 

    Voilà un livre réjouissant qui nous plonge  dans le tourbillon des péripéties numériques présentes et à venir. Présélectionné pour le "Man Booker Prize 2014", il ne se limite pas à nous offrir   des scènes d'humour new-yorkais mêlant auto-dérision et satire contemporaine. Joshua Ferris interpelle franchement son lecteur en lui contant les mésaventures de Paul O'Rourke, dentiste réputé, sûr et archi-sûr de ses choix, technophobe et caustique, brusquement confronté à l'usurpation de son identité sur Internet...  Il s'en suit des scènes   désopilantes   tant la confrontation entre les a priori du principal protagoniste et les nouveaux pièges de la vie numérique nourrissent le comique.  On passe un excellent moment avec ce livre burlesque  qui aborde avec humour les questions du quotidien, de l'identité, du sens de la vie et du rapport à autrui.  

Quoi qu'il en soit, c'est Stephen King   qui en parle le mieux : "Drôle, troublant et touchant. On pourrait hésiter à appeler ce roman le Catch 22 de la dentisterie, mais mais par sa dimension kafkaïenne, il joue dans la même cour. Certains auteurs ont le pouvoir de vous transporter ailleurs, par leur force d'invention, leur énergie, leur vision unique du monde. Joshua Ferris est l'un de ceux-là"

 

 

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

 

 

 

"Paul O’Rourke est un dentiste hors-pair, un New-Yorkais qui entretient avec sa ville des rapports ambigus, un athée convaincu, un supporter désenchanté des Red Sox, et grand amateur de mokaccino. Et pourtant il est hors du monde moderne. Son métier, certes, occupe ses journées, mais ses nuits ne sont qu’une succession de regrets ; il ressasse les erreurs qu’il a commises avec Connie, son ex-petite amie (qui est également l’une de ses employées) et, tour à tour, vitupère ou s’émerveille devant l’optimisme du reste de l’humanité.
Ainsi va sa vie, jusqu’à ce que quelqu’un se fasse passer pour lui sur le web. Impuissant, Paul O’Rourke voit, avec horreur, paraître en son nom un site internet, une page Facebook et un compte Twitter, qui semblent vouloir faire l’apologie d’une religion ancienne tombée dans l’oubli. Mais cette imposture on line, bientôt, ne se contente plus d’être une simple et odieuse atteinte sa vie privée. C’est son âme même qui se retrouve en danger, car son double numérique est peut-être bien meilleur que sa version de chair et de sang. Ce nouveau roman de Joshua Ferris, vertigineux d’inventions, emprunt d’un humour caustique, s’attaque aux trois fondamentaux de notre existence moderne : le sens de la vie, l’inéluctabilité de la mort, et la nécessité d’avoir une bonne hygiène dentaire."

 

 

 

Ferris

 

 

 

L'auteur : Joshua Ferris est l’auteur de deux précédents romans : Open Space et Le Pied Mécanique. Ses nouvelles ont été publiées par leNew Yorker, Granta, Tin House et The Best American Short Stories. Le New Yorker l’a placé dans sa liste des meilleurs jeunes auteurs en 2010. Il vit à NewYork.

 

 

 

 

Se lever à nouveau de bonne heure.

Par Joshua Ferris.

Traduit de l'anglais (USA) par Dominique Defert

Editions JC Lattès

www.editions-jclattes.fr

Isbn : 9782709642972 ; sept. 2015 ; 385 pages ; 22 €uros.

 



06/11/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres