Livres Critique

République-Bastille

 

République-Bastille

 

 

 

 

 

 

 

   On comprend pourquoi Louis Aragon décida de prendre Melpo Axioti sous son aile protectrice. Comptant parmi les auteurs grecs les plus connus, elle nous impressionne ici par sa voix extrêmement fraîche, affranchie. Quel talent dans la compréhension du monde et la description de l'intelligible ! ( cf. "Le ciel avait donné l'ordre au soleil de briller, c'était peut être les premiers rayons de l'année, et les maisons,qui n'aiment pas ça, se couvraient le visage d 'une mantille ; cette mantille qui traînait sur des nuances perplexes pour aboutir toujours enfin au vermillon" p. 88 ). Voilà un livre différent qui transforme son lecteur. A découvrir vite !

 

 

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

 

"« […] Votre roman, madame, c’est un cadeau que vous faites à ma patrie, et je suis heureux d’être le premier à pouvoir vous en dire merci. Rarement, une lecture romanesque m’a tant ému. Ce livre est plein d’échos, de chants et de rumeurs : encore une fois, comment n’être pas fier que vous ayez trouvé que seule notre langue pouvait les faire entendre ? Vous prendrez donc place dans la littérature française, et puisse votre exemple être compris ! » ARAGON

Tels sont les termes de la lettre d’Aragon à Melpo Axioti, le 3 octobre 1948, à la réception de République-Bastille, le roman qu’elle écrivit quand elle était à Paris, avant d’être expulsée vers l’Allemagne de l’Est. Elle ne l’a publié ni en français, ni en grec, et n’en a plus jamais reparlé par la suite. Le livre est bouleversant, le verbe saisissant. Il raconte, au lendemain de la guerre, l’expérience parisienne d’une jeune femme grecque, Lisa. Il y a tout d’abord ce regard étonné que l’étrangère porte sur l’espace, l’architecture ou les habitudes des Français tout en s’appropriant les coutumes du pays. On nous dit ensuite l’histoire récente de la Grèce, celle des destructions causées par la guerre, des exécutions, de la famine athénienne de l’hiver 1940 qui tua 300 000 habitants. Au fil des pages, Lisa révèle son passé de résistante, d’amante aussi, depuis l’âge de douze ans, de son jeune instituteur jusqu’à la rencontre de Georges, le Parisien."

 

 

 

 

 

 

L'auteure : Née à Athènes en 1905 au sein d’une famille cultivée, originaire de Mykonos, Melpo Axioti est envoyée à 13 ans, après le divorce de ses parents, au couvent des Ursulines de Tinos. De retour à Athènes en 1930, elle s’inscrit au parti communiste en 1936. Au déclenchement de la guerre, elle milite au sein de l’EAM (Front de libération nationale). En 1947, le parti communiste étant interdit en Grèce, elle est expulsée. Après deux ans à Paris où elle trouve appui et amitié auprès du milieu littéraire et artistique (Aragon, Éluard), elle est exilée, sur demande du gouvernement grec, vers le bloc de l’Est. 
Malade, isolée, elle survit par des cours et des traductions. En 1964, elle est enfin autorisée à rentrer en Grèce. Elle publie, entre autres, Ma maison, roman commencé huit ans auparavant, en exil, pour maintenir le lien avec son pays et sa langue. En 1967, le coup d’État des Colonels la rejette une fois encore à la marge. Nuits difficiles comme Antigone de Sophocle sont jugés subversifs, donc interdits. Malade, affaiblie, elle mène à bien son dernier roman, Kadmo, et meurt en 1973. Ses cendres sont transférées dans l’île de Mykonos d’où sa famille est originaire. 
 

 

 

 

 

 

République-Bastille

Par Melpo Axioti

Editions de la Différence

Accueil - Éditions de La Différence

https://www.ladifference.fr

Isbn : 9782729121891 ; novembre 2015 ; 193 pages ; 18 €uros.



23/11/2015
0 Poster un commentaire