Livres Critique

Quinze jours au désert avec Tocqueville : une vraie surprise.

 

   

    C'est dans le cadre d'une mission d’étude sur le système pénitentiaire qu'Alexis de Tocqueville part en 1831 aux États-Unis. Dans Quinze jours au désert, il analyse avec  pertinence l'évolution d'une société fondée sur des valeurs libérales. A 26 ans, ce jeune aventurier épris de liberté découvre un lieu hautement paradoxal, tiraillé entre la culture amérindienne et les mœurs rudes des premiers pionniers : « Au milieu de cette société si jalouse de moralité et de philanthropie, on rencontre une insensibilité complète, une sorte d’égoïsme froid et implacable, lorsqu’il s’agit des indigènes de l’Amérique ». Au contact des Indiens Iroquois rencontrés ou l’accompagnant, il témoigne de la grande vulnérabilité culturelle et humaine des habitants du nouveau monde, s’inquiéte de leur avenir et décrit les limites de la « société nouvelle » dans laquelle on prétend les intégrer. Il s’intéresse à chacun, que ce soit aux « bois brûlés », métisses nés des amours entre les Indiennes et les Européens ou bien  aux colons français vivant au Canada : « Ils ont adopté volontairement les habits, les usages et presque les mœurs des Indiens… » Surtout, Tocqueville  fait figure de précurseur  écologiste, défendant l’environnement et s'inquiètant des transformations qui lui sont imposées par l’homme : sa description de la forêt primitive, si belle et  immense, est une ode à ce qui sera, à l'évidence, perdu  à jamais... A l’issue de cette plongée passionnante dans la réalité paradoxale du Nouveau Monde, le jeune voyageur rentrera en Europe pour poursuivre son analyse : ce sera De la démocratie en Amérique.

Reste que Quinze jours au désert séduit littéralement son lecteur  : écrit de façon fluide et simple, ce livre-témoignage se parcourt avec  plaisir ... comme si l'on voyageait  avec l'auteur en partageant ses pensées, ses craintes ou sa sagesse. Ce récit de voyage est une vraie surprise...

 

Extrait : « Nous nous demandions par quelle singulière loi de la destinée, nous, qui avions pu marcher dans des déserts de fabrique humaine, nous, enfants d’un vieux peuple, nous étions conduits à assister à l’une des scènes du monde primitif, et à voir le berceau encore vide d’une grande nation. Dans peu d’années ces forêts impénétrables seront tombées, le bruit de la civilisation et de l’industrie rompra le silence de la Saginaw. Son écho se taira. Des quais emprisonneront ses rives. Cinquante lieues séparent encore cette solitude des grands établissements européens ; et nous sommes peut-être les derniers voyageurs auxquels il ait été donné de la contempler dans sa primitive splendeur. Tant est grande l’impulsion qui entraîne la race blanche vers la conquête entière du Nouveau Monde. » (Alexis de Tocqueville)

 

« Assurément, les quinze jours au désert ont été très révélateurs pour Tocqueville. Pour nous, qui en lisons le récit près de deux siècles plus tard, les observations de Tocqueville quant au sort de la nature, au destin des autochtones, aux caractéristiques de la nation américaine et des États-Unis d’aujourd’hui apparaissent à la hauteur de la lucidité dont témoigne son oeuvre majeure De la démocratie en Amérique ». (Claude Corbo)

 

Les Transparents : des textes émouvants parce que - en des temps où l’Occident ne rêvait que de conquérir et dominer le reste du monde - ils portent la marque d’une prise de conscience de soi dans la rencontre avec l’Autre ; des voix subversives encore pour nous parce qu’elles disent ce qui aurait pu être et que nous avons brûlé. Lire ces textes aujourd’hui, c’est se donner une chance de saisir ce que serait un monde qui écoute ses Transparents et se réconcilie avec eux.

112 Pages, ISBN : 978-2-916952-41-3

 

Collection les Transparents. Editions  

Le passager clandestin

Prix : 16 €uros



05/08/2011
0 Poster un commentaire