Livres Critique

LOVE

1540-1.jpg

 

    "L'espèce humaine est en fin de course. L'esprit n'est plus capable de s'adapter assez vite à des conditions qui changent plus rapidement que jamais. Nous sommes en retard de cent ans sur nos inventions. Cet écart ne fera que croître." L'auteur de Love pourrait faire sienne cette phrase de Georges Bernanos tirée de La France contre les robots.  Poursuivant la trilogie entamée avec United colors of crime et Boy, Richard Morgiève décrit   la lente agonie d'une humanité qui s'éteint, victime de sa foi aveugle en la technologie. Secousse tellurique au Tricastin, "virus en train d'éradiquer l'humanité en attaquant le surplus d'intelligence qu'elle avait inventé pour aller plus loin, sans savoir où" (p. 27), apocalypse atomique : et si la fiction se rapprochait de plus en plus de la réalité... Chez nous, des usines atomiques furent implantées à proximité des grandes villes  de façon  irresponsable  - Bordeaux, par exemple, faillit être évacuée en 1999 - et, aujourd'hui, l'air s'alourdit de menaces djihadistes et des missiles balistiques Smersh pleuvent à l'est de l'Europe  ; pendant ce temps, rares sont, hélas, les politiques capables d'anticiper les suites nucléaires,  quitte à s'écrier un jour : "A bas l'atome !", à l'instar du Président de la République mis en scène par l'auteur (p.62). Quid de la survie des populations en pareil cas ???

  Vous avez dit Richard Morgiève ? Cet auteur époustouflant ne se limite pas à nous embarquer dans un scénario d'enfer. Il peut  aussi se regarder dans sa glace et s'écrier : " Je vous l'avais bien dit, bande de cons ! " ( Epitaphe inscrite sur le tombeau d'H.G. Wells )

 

 

Présentation de l'éditeur :

 

" La fin du monde est survenue après Montélimar. Le canal de dérivation du Rhône franchi, Chance a vu de la fumée noire sortir brusquement d’une des tours de refroidissement de la centrale nucléaire du Tricastin. Ce n’était pas prévu, il faudrait qu’il s’adapte à la situation. La rame a freiné. Une lueur rouge orangé a couru le long d’un bâtiment abritant un des réacteurs. Dans le wagon de première, les voyageurs étaient partagés entre l’excitation morbide, la stupéfaction et l’affolement."  

Love peint un monde en feu, livré au crime et à la violence des sentiments, perdu entre réalité et virtualité. Avec ce conte métaphysique sur l’apocalypse et la folie des temps modernes, Richard Morgiève termine le triptyque romanesque commencé par United Colors of Crime (2012) et Boy (2013)."

 

 

L'auteur : Richard Morgiève

Auteur, dans une première vie, d’une trentaine de romans, dont Un petit homme de dos et Vertig (Prix Wepler 2005), Richard Morgiève s’est aperçu en 2009 qu’il avait perdu son identité en cours de route. En ouvrant un tiroir, il est tombé sur son acte de naissance. Il était né Morgiewicz, comme cet oncle supposé mort à Monte Cassino, qui lui a inspiré Chaim de United Colors of Crime, son avant-dernier roman.

 

 

LOVE

par Richard Morgiève

Carnets Nord: Accueil

Janv. 2015 ; 140 x 210 mm ; ean : 9782355361579 ; 304 pages ; 18 €

 



05/02/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres