Livres Critique

Les Mouettes

   1507-1.jpg

 

 

    Livres Critique  vous a déjà confié tout l'intérêt  qu'il prenait à la lecture des romans de Sandor Maraï ( Voir plus haut :   La Soeur : un roman éblouissant     Les Etrangers ). Remarquablement traduit par Catherine Fay, les Mouettes continuent de faire  entendre une agréable   musique de l'âme. A la fois ciselé et poétique, ce texte structuré comme une pièce de théâtre  révèle à nouveau toute la densité de la vie. "Apprends l'humilité, écrivain !... Tu ne sais rien des hommes... Tu ne sais rien de l'amour... La réalité est beaucoup plus étonnante, son imagination plus riche, plus magique qu'une situation humaine imaginée par quelqu'un." Tel était   le bréviaire de la Soeur.  Gageons que le lecteur trouvera  son compte dans ces "mouettes" épatantes.

 

Présentation de l'éditeur :

 

  « Pendant des dizaines d’années, j’ai traversé ce pont deux fois par jour et c’est la première fois que je prête attention aux mouettes, songe-t-il. Je les regarde avec les yeux de cette femme. Elle a les mêmes yeux gris vert que l’autre… des yeux d’oiseau ou d’animal. »
Lorsqu’il accueille dans son bureau du ministère la réfugiée finlandaise venue demander un permis de séjour et de travail, le haut fonctionnaire est saisi : il croit reconnaître une jeune fille jadis aimée et qui s’est donné la mort cinq ans plus tôt par amour pour un autre. Simple hasard ou signe du destin ? Qui est cette « mouette » venue de si loin et qui prétend se nommer Aino Laine, « vague unique » en finnois ? 
Cette rencontre énigmatique, dont la tension est accrue par l’imminence de la guerre et l’attente d’un coup de téléphone, crucial pour l’homme comme pour le sort du pays, pourrait déboucher sur une révélation, à moins qu’elle ne fasse qu’épaissir le mystère des êtres.
Comme dans Les Braises, écrit un an plus tôt, ou Divorce à Buda, ce roman où s’exprime la subtilité du grand écrivain hongrois confronte un homme et une femme à leur passé dans un de ces face à face somnambuliques et prenants dont Márai a le secret."


L'auteur : Né en 1900 à Kassa, en Hongrie, Sándor Márai publie son premier recueil de poésies à dix-huit ans tout en suivant des études d'art à l'Université de Budapest. Il envisage pendant un temps d'écrire en allemand, mais choisit finalement sa langue maternelle, le hongrois. Par la suite, il vit à Francfort, Berlin puis Paris, avant de rentrer dans son pays où il devient, dans les années 30, un auteur adulé. Tombé dans l'oubli après 1948, date de son exil en Europe puis en Californie, il se suicide, à San Diego, en 1989. Son oeuvre a été redécouverte dans les années 1990, lorsqu'il a reçu le Prix Kossuth, la plus haute distinction hongroise, à titre posthume. Pour son roman La soeur, il a remporté à titre posthume le Prix Jean Bernard 2012 de l'Académie de médecine.

 

Les Mouettes

par Sandor Maraï

Traduit du hongrois par Catherine Fay

Editions Albin Michel / Les éditions Albin Michel

205 mm x 140 mm ; 240 pages

Isbn : 9782226252067 ; prix : 18.00 €



05/12/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres