Livres Critique

Les Etrangers

  

 

      Les éditions Albin Michel viennent de nous offrir un étonnant roman de Sandor Maraï, cet écrivain du siècle dernier auquel Livres Critique s'est déjà intéressé  ( Voir plus haut  La Soeur : un roman éblouissant ). Pourquoi un tel goût pour Maraï  ? Voilà le fin mot : cet auteur écrit  de façon  profonde et émouvante ( cf., par exemple, ce qu'il nous dit dans la Soeur :" La mort, ce n'est pas comme si on poussait un soupir et on mourait. La mort, c'est une suite de phénomènes... d'abord un réflexe qui disparaît, puis un autre" ; p.42). Ici, ce   carnet   d'un séjour à Berlin, Paris et Trégastel dans les années vingt nous fait cheminer  entre le roman éducatif et le reportage, le XIXème et le XXème siècle, la ville et la campagne, les intellos et les prolos,   les sentiments et la pensée, la comédie et la réalité du monde. Cette histoire d'un voyage suivi d'une rencontre amoureuse est constellée de lueurs comme : " Tout ce qui se communique avec les yeux, sauf à être aveugle, est fantastique et indomptable" (p.123). La description du Paris des années folles y est     plus vraie que nature, à la fois contrastée et prenante, troublante et réaliste : "Ici, c'était le chaos. Chacun suivait son propre chemin, indépendamment des autres. Il fallait être sur la brèche" (p.44) - tempéré par : "Le charme de Paris, c'était l'atmosphère. On vivait plus près de soi et de la vie. Tout était plus proche, la tristesse, la joie et l'ennui, plus sincère et plus naturel." - Ecrit de façon subtile et simple, ce roman, remarquablement traduit par Catherine Fay,   propose une plongée  passionnante dans la France de l'entre-deux-guerres. A coup sûr, il  comblera bien des attentes.

 

Présentation de l'éditeur :

 

"Écrit en 1930 après un séjour de cinq ans à Paris, ce « roman français » d’inspiration autobiographique est un texte important dans l’œuvre de l’immense écrivain hongrois Sándor Márai.
1926. Après un an d’études à Berlin, un jeune docteur en philosophie de Budapest arrive à Paris pour quelques mois. Étranger à ce pays qui le fascine et le rejette à la fois, il évolue parmi d’autres étrangers. Comme lui, tous survivent tant bien que mal dans le Paris de la fin des années folles, des cafés de Montparnasse aux hôtels miteux du quartier latin. Philosophe déraciné, exilé volontaire, promeneur inquiet… l’identité floue du personnage évolue au gré d’une errance qui se prolonge dans une Bretagne idyllique où l’entraîne une femme rencontrée par hasard. Récit initiatique, fabuleuse peinture de Paris, ce livre est une troublante réflexion sur l’exil, autant réel qu’intérieur, qui a nourri la vie et l’œuvre de Sándor Márai"

 

L'auteur : Né en 1900 à Kassa, en Hongrie, Sándor Márai fait ses études à Leipzig, puis vit à Francfort, Berlin et Paris, avant de rentrer dans son pays où il devient, dans les années 30, un auteur adulé. Tombé dans l'oubli après 1948, date de son exil en Europe puis en Californie, il se suicide, à San Diego, en 1989 après le décès de son épouse et de son fils. Son oeuvre a été redécouverte dans les années 90.

 

Les Etrangers

par Sandor Maraï

Traduit par Catherine Fay

Editions Albin-Michel

Les éditions Albin Michel

Coll. "les Grandes Traductions"

Isbn : 9782226244291 ; oct. 2012 ; 464 pages ; 22 €uros.



02/11/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres