Livres Critique

Le Quartier Picassiette

 

  Ce livre passionnant relate par le menu l'expérience de transformation sociale menée à Chartres par Patrick Macquaire et son équipe. Ou comment "le banquet de la réhabilitation" permet à tout   groupe social d'échapper à l'enfer urbain. Cette histoire collective, émouvante et belle, ne se limite pas à offrir un remarquable exemple de "travail social" créatif et mis en actes : elle trace des voies exemplaires pour demain. Comme l'affirme Muhammad Yunus, cité par l'auteur : "C'est la société qui fait les pauvres. Lorsque les gens sont autorisés à libérer leur créativité, la pauvreté disparaît"...  

 

Présentation de l'éditeur :

 

"La cité de transit construite en 1954 sur les Hauts-de-Chartres, derrière le cimetière municipal, est une cité provisoire, une cité ghetto faite pour durer. Particulièrement enclavée, elle reçoit jusqu'au début de ce nouveau siècle les populations mises au rebut de l'agglomération chartraine. Mis lui aussi au rebut, Raymond Isidore, dit Picassiette, le balayeur du cimetière, se rêve un destin d'artiste. II ramasse les choses jetées, les morceaux de verre et d'assiettes dont il couvre sa maison : il devient mosaïste. Cet architecte singulier donne à Patrick Macquaire, chargé d'accompagner la réhabilitation du quartier, la matière d'une construction particulière, celle d'une Régie de quartier, cheville ouvrière d'une reconstruction qui est aussi celle des associations et des habitants qu'il prend en charge. Les balayeurs de la Régie, à l'instar de Picassiette, deviennent alors des artistes, des mosaïstes. Les pique-assiettes, convives inattendus, font le spectacle au banquet de la réhabilitation. Artistes, Picassos de l'assiette, ils versent leur tribut à une collectivité qui les voulait disparus. Ils changent la cité en dépit de sa propre volonté pour, nous dit Patrick Macquaire, lui donner une qualité qu'elle n'avait pas et dont elle ne voulait pas. Patrick Macquaire nous entraîne dans un récit où il ouvre pour nous un espace intermédiaire, un espace transitionnel où le changement est donné pour tous par l'initiative et la création de chacun."

 

L'auteur :

 

Patrick Macquaire est éducateur spécialisé, ethnologue formé à l'école des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Educateur de rue, il s'est principalement consacré à la mise en oeuvre d'opérations de développement social urbain et à la création de structures associatives. Directeur d'un Centre Social et d'une Régie de Quartier, il est, depuis plusieurs années, le Directeur de l'association les 3R ( Rénover, Restaurer, Réhabiliter ). Il est l'organisateur des Rencontres Internationales de Mosaïque et assure la programmation de Saint-Eman, espace dévolu à Chartres à la mosaïque contemporaine.

 

 

Le quartier Picassiette

Un essai de transformation sociale à Chartres

par Patrick Macquaire

 Editions L'Harmattan

Coll.: Educateurs et Préventions

ISBN : 978-2-296-07268-8 • janvier 2009 • 192 pages
Prix : 18 €

 

 

 

La presse en parle

 

Le Sociographe ( mai 2010) :

 

    « Dans ce récit qui se lit comme un roman, nous faisons connaissance avec un personnage tout droit sorti « des gens de peu » de Pierre Sansot. Il ressort de l’ensemble un réel enthousiasme, une grande humanité, une grande complexité sur la gestion des questions politiques, des désirs et des besoins sans cesse mouvants, la nécessité de maîtriser une certaine méthodologie pour mieux la garder à distance.. »

                                                

                                                                 Carole Marmet

 

Cultures et Sociétés (janvier 2011) :

 

   « La métaphore de pique-assiette est une des plus belles et des plus efficaces que j’ai rencontré moi qui ai participé à plusieurs tentatives de décrire le métier d’éducateur de façon poétique. Patrick Macquaire à un talent de conteur et d’écrivain.

    J’apprécie ce livre dont le ton est très juste et ressort largement de la masse de ce qui est écrit sur le sujet.

    Je pense que Deligny aurait aimé ce livre, dans son propos et son style, lui qui se méfiait à juste titre des ouvrages de travailleurs sociaux et de leur « dynamique de projet ».

 

                                                            Jean François Gomez

 

Mosaïque Magazine (janvier 2011)

 

 

    « Avec humour et humilité, de son écriture sobre autant que précise, l’auteur nous emmène sur le chemin d’une restructuration : comment avec des fragments d’assiettes cassées, des bouts de vies brisées, on construit une cathédrale ou tout un quartier. Comment un architecte, un urbaniste, un Maire changent leur savant projet technocratique grâce à quelques dessins d’enfants. Ce n’est pas un conte de fées, mais l’histoire vraie d’un magicien.

    C’est l’histoire du temps et de la lenteur : celle du mosaïste qui taille inlassablement chacune de ses tesselles pour obtenir une création unique ; celle de l’ethnologue qui réussit, avec une calme détermination, une science de l’humain, à reconstruire un quartier et à y faire venir les plus grands artistes du monde. Dans les deux cas tout un art.

     Plus qu’un livre interessant, un livre passionnant. »

                                                           

                                                                Renée Malaval

  

 www.chartres-mosaique-les3r.com

 



28/08/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres