Livres Critique

La Malédiction du roi.

La malédiction du roi

 

 

 

 

 

  Avec cette Malédiction du roi, Philippa Gregory poursuit la saga que nous avions saluée dans La fille du faiseur de rois. Pour le plus grand plaisir des amateurs d' histoire et de portraits de femmes, elle nous conte  l'histoire de la fille de Georges -duc de Clarence- et d'Isabelle -la fille aînée du Faiseur de Rois- : une femme au destin fabuleux  qui, lors de la victoire d'Henri VII face à son oncle, verra son avenir brisé pour retrouver ses titres de noblesse à l'avènement d'Henri VIII.   Philippa Gregory n'a pas son pareil pour nous plonger dans les tourments de l'ère Tudor.   Maîtrisant cette époque à la perfection, elle réincarne des personnages clés en mêlant étroitement histoire et fiction. Son récit happe littéralement le lecteur tant nous découvrons une personnalité attachante et fort opiniâtre sans oublier d'autres figures marquantes, comme Catherine d'Aragon ou Anne Boleyn. On est confondu par le talent de Philippa Gregory qui parvient à nous faire oublier notre époque en nous transportant au XVIème siècle. Bref, si vous n'avez toujours pas d'idées pour Noël, je vous recommande vivement cette fascinante saga.  

 

 

 
 

 

 

Présentation de l'éditeur :

 

 

 

"Angleterre, 1499. Margaret Pole, fille de Georges, duc de Clarence, et d’Isabelle Neville, devient après l’assassinat de son frère Edouard Plantagenêt, sur ordre du roi Henri VII, la seule survivante de la dynastie des Plantagenêt. Marié à Sir Pole, cousin du roi, elle sera veuve en 1505, avec cinq enfants. Destituée de ses terres et de ses titres, elle tombe dans la pauvreté. Sa vie change avec l’arrivée de la princesse espagnole Catherine d’Aragon et son mariage avec Henri VIII. Margaret est alors restaurée : elle obtient de titre de comtesse de Salisbury, devient première dame de compagnie de la reine et gouvernante de la princesse Marie.

Mais il s’avère que le roi n’a pas de fils et donc pas d’héritier. On parlera alors de la « malédiction du roi », qui aurait été jetée par Elisabeth Woodville et sa fille La Princesse Blanche contre les Tudors. Malédiction ou pas, cette question provoquera la rupture d’Henri VIII avec l’Église de Rome, celui-ci souhaitant divorcer de Catherine et épouser Anne Boleyn.

Notre héroine Margaret devra choisir entre son allégeance au roi et sa loyauté envers la reine et la princesse. Du fait de ses liens avec la famille royale, elle se retrouvera avec ses fils au centre des intrigues, au point que sa liberté et sa vie seront menacées…"

 

 

 

 

L'auteure :  Née au Kenya en 1954 mais élevée à Bristol, Philippa Gregory, diplômée d'histoire, a été journaliste puis productrice à la télévision. Traduit dans 22 pays, Deux Soeurs pour un roi (Archipel, 2009), son roman le plus célèbre, a été adapté au cinéma par Justin Chadwick, avec Natalie Portman et Scarlett Johansson. Elle est également l'auteur de L'Héritage Boleyn (Archipoche, 2011), de Princesse Blanche (Hugo Roman, 2014) ou encore de La Fille du faiseur de roi (Hugo Roman, 2015)

 

 

 

 

  

La Malédiction du roi

Par Philipa Gregory

Traduit de l'anglais par Sarah Dali

Hugo & Cie

www.hugoetcie.fr/

Isbn : 9782755618419 ; octobre 2015 ; 480 pages ; 19,95 €uros.



24/11/2015
0 Poster un commentaire