Livres Critique

La folie Evaluation

   

   

  

   Voilà, enfin, un livre qui s'en prend nommément à la didacture scandaleuse de l'évaluation.  En effet, chacun s'aperçoit aujourd'hui que  cette mise en scène de la déshumanisation, virtuelle ou non,  sévit de la pire façon ; c'est ainsi que cette pratique managériale a contribué largement aux suicides sur le lieu de travail ayant défrayé la chronique ces derniers mois, comme on a pu le voir, notamment, à France Télécom ou à la Poste.   

   Quel est le but de la manoeuvre, me direz-vous ? Quelle est la face cachée de ce retour au "confessionnal" orchestré par les décideurs ? Et s'il s'agissait, tout simplement, d'assimiler l'être humain à la machine, à l'instar de ce qui fut massivement imposé à l'époque de l'esclavage ?

     "Tous techniciens évalués" ou "Les machines bureaucratiques remplacent l'autorité des chefs" : ces têtes de chapitre  répondent en écho à notre dernier post ("Votre paix sera la mort de ma nation") : rien d'étonnant,   l'asservissement débute, hélas, toujours par "la mise en conflits des imaginaires"...

      Lire ce livre, c'est se doter d'atouts forts contre la généralisation de pratiques tueuses d'hommes et de civilisation.

 

Présentation de l'éditeur :

 

« En ce début de XXIe siècle, en Occident, la folie sociale a pris un nouveau nom, celui d’ÉVALUATION. » Le mot essaime partout. Il est à la fois le dispositif et le symptôme d’un mode de contrôle social contemporain particulièrement dangereux. 
  La société occidentale demande maintenant à ceux qu’elle missionne, dans tous les domaines d’activité, de lui rendre des comptes – ce qui paraît très légitime –, mais en faisant de cette exigence un instrument de normalisation généralisée. On sait quel malaise cela génère. Il ne s’agit en fait pas tant de « rendre compte » que de s’en trouver, par ce biais, asservi. 
  Les auteurs examinent le processus en cours. La « machine évaluative », alors même qu’elle donne de nombreux signes d’essoufflement, continue pourtant à se développer, et les tentatives effectuées tant pour la dénoncer que pour tenter d’en limiter les effets délétères n’amènent pour l’instant qu’à la renforcer. Les agences d'évaluation, diverses et variées, constituent aujourd'hui la nouvelle manière de donner des ordres et de faire de la politique sans en avoir l'air. 
  Le contrat social de la démocratie est bel et bien entamé, si ce n’est rompu par cette forme de dictature que sont les chiffres : chiffres que l’on fait croire « évidents » et « naturels », alors même qu’ils se déduisent des rapports de force sociaux et symboliques. Il faut réinterroger la notion de « valeur » pour combattre efficacement l’évaluation."

 

Les auteurs :

Alain Abelhauser, Roland Gori et Marie-Jean Sauret, sont tous trois psychanalystes, professeurs de psychopathologie à l’université, et membres du collectif l’Appel des appels. Ils ont notamment participé à la publication de l’ouvrage L’Appel des appels. Pour une insurrection des consciences (Mille et une nuits, 2009).

 

La folie Evaluation. Les nouvelles fabriques de la servitude.

par A. Abelhauser, R. Gori & M.J. Sauret.

Bienvenue sur le site des Mille et une nuits!

Collection : Essais

Prix public TTC : 17,00 €

Code ISBN / EAN : 9782755506310  Format (135 x 215) ;  208 pages

 



30/11/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres