Livres Critique

L'Impératif transgressif

 

 

 

 

 

  Voilà un livre qui intéressera au plus haut point  nos compatriotes épris de liberté et  amoureux des cultures africaines. Leonora Miano se bat, en effet, pour que la littérature produite par des écrivains subsahariens et afrodescendants soit reconnue et valorisée. Comme l'explique le Monde des Livres : " En remettant en question le pacte entre la langue et la nation françaises, l'auteure propose une réflexion étayée, chemin ­faisant, par maints exemples littéraires. Un livre riche en ­enjeux aussi bien ­politiques que poétiques." Rédigé par une artiste et non  une "professeure", ce livre renouvelle profondément notre regard au service du dialogue euro-africain.

 

 

 

 

 

Présentation de l'auteure : 

 

" Les écrits rassemblés dans ce recueil ont été rédigés à des moments différents, pour répondre à des sollicitations extérieures, ou dans le but d'exprimer une pensée sur des questions importantes à mes yeux. Tous m'apparaissent justifier l'intitulé choisi pour l'ouvrage. En effet, il s'est agi pour moi de poser un regard inhabituel sur certains sujets. L'enjeu fut de révéler ou de proposer des approches subsahariennes, méconnues à mon sens. Il fut aussi d'interroger les pratiques, discursives notamment, au sud du Sahara, afin d'améliorer la prise en compte des singularités de cet espace et de soumettre, modestement, un apport épistémologique. A travers des réflexions prenant appui sur la littérature, la langue ou l'écriture de l'histoire, c'est à la réhabilitation de la conscience de soi au sud du Sahara que j'espère contribuer. Les rapports de l'Afrique subsaharienne et de la France ou le traitement réservé, dans l'Hexagone, aux personnes d'ascendance subsaharienne sont bien sûr évoqués. Dans la logique panafricaine qui est la mienne, ces questions participent d'un continuum théorique. L'Afrique subsaharienne est aussi une réalité déterritorialisée, une transversalité identitaire, historique et politique. Comme telle, elle est présente dans les espaces diasporiques."

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

 

 

"C'est à une réhabilitation de la conscience de soi au sud du Sahara que Léonora Miano espère contribuer grâce à ce nouveau recueil de conférences et de réfléxions, qui mêle réflexions théoriques, sources littéraires et anecdotes plus personnelle. Elle invite les auteurs subsahariens, les historiens,  à prendre en charge une nouvelle manière de se raconter afin de replacer l'Afrique au cœur de leurs propres narrations. Refusant l'inscription dans une démarche afrocentrique, elle plaide pour une humanité élargie, une afrophonie. Une parole vigoureuse et libératrice

(...) L'impératif est de tracer soi-même la voie, de définir ses propres finalités. Quelle parole souhaitons-nous énoncer ? Quels discours voulons-nous même la propager pour donner du sens à nos expériences ? De quels récits enrichir la bibliothèque mondiale pour replacer nos peuples dans la conscience humaine globale ? Si la parole subsaharienne semble encore étouffée, la raison n'est pas à rechercher dans la langue qui en est le véhicule. 
Cela a d'abord à voir avec la perception de soi."

 

 

L'auteure :  

Née en 1973 à Douala, au Cameroun, Léonora Miano s'intéresse à l'intimité des populations  subsahariennes et afrodescendantes qu'elle cherche à restituer dans la globalité de l'expérience humaine.  La plupart de ses romans sont édités chez Plon (Ces âmes chagrines, Blues pour Elise, Les Aubes écarlates, Tels des astres éteints, Contours du jour qui vient, L'Intérieur de la nuit). Elle a aussi publié deux recueils de nouvelles, Afropean soul et autres nouvelles nouvelles et Soulfood équatoriale, le premier chez Flammarion (collection Étonnants classiques) et le second aux Éditions Nil. Léonora Miano a   écrit un répertoire de chansons en français qu'elle interprète elle-même, intitulé SankofaCry, dans lequel elle explore les émotions des premiers subsahariens déportés pendant la Traite. Elle a obtenu de nombreux prix, parmi lesquels le Goncourt des lycéens en 2006 pour Contours du jour qui vient, le Prix Seligmann 2012 (Prix consacré à la lutte contre le racisme, l'injustice, l'intolérance) pour Ecrits pour la paroleainsi que le prestigieux Prix Femina, qui lui est décerné en 2013 pour son roman La Saison de l'ombre (Grasset). Pour l'ensemble de son œuvre, Léonora Miano est lauréate du grand prix littéraire de l'Afrique noire en 2012.

 

 

 

L'Impératif transgressif

Par Léonora Miano

L'Arche Editeur

www.arche-editeur.com/

Isbn : 9782851818935 ; mai 2016 ; 185 pages ; 18 €uros.

 



08/11/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres