Livres Critique

L'Histoire d'Horacio

      

 

 

     Tomas Gonzalez jouit d'une solide réputation littéraire dans la sphère hispanique. Après Au commencement était la mer , les éditions Carnets Nord nous offrent la  traduction de L'histoire d'Horacio.  Ces pages tracent le portrait d'un homme trop sensible pour accepter  la vulnérabilité de la condition humaine et, notamment, sa limite ultime.  Cette obsession  particulière  débouche sur un livre  sympathique témoignant du renouveau actuel de la littérature latino-américaine.  Osons une remarque : vous entendrez bientôt reparler de Tomas Gonzalez. Hasta luego amigo Tomas !

 

Présentation de l'éditeur :

 

    "À 46 ans, Horacio vit modestement dans un village colombien avec sa femme, ses sept enfants, et non loin de ses frères. Entre les belles-sœurs, les filles, les cousines, la gente féminine règne sur sa maison. Les réunions de famille sont nombreuses, gaies, tendues, bruyantes. Mais l’amour circule.Horacio a quelques passions : les antiquités, dont il est censé faire le commerce pour vivre, mais qu’il entasse dans son hangar. Ses deux vaches, ainsi que les veaux qu’elles portent. La cigarette, qui accompagne ses journées. Une Volkswagen qu’il est parvenu à s’acheter sans savoir qu’elle était volée, et qu’il bichonne. Les courses de chevaux. Sa femme. Mais Horacio a surtout une obsession : la mort, qui diffuse une tension, une pesanteur sur le moindre événement du quotidien. Incapable de gérer ses émotions, il bascule sans cesse d’un extrême à l’autre. La joie de vivre et l’angoisse de mourir se côtoient sans cesse, épuisant son cœur qui finit par lâcher. L’histoire d’Horacio est celle d’un homme trop sensible pour supporter la vie. C’est un livre qui aborde de façon originale un sujet risqué mais crucial : comment vivre, comment supporter la joie, la beauté, l’amour, la souffrance, quand on sait que la mort nous attend ? Horacio est un personnage qui marque le lecteur car il est comme le paroxysme d’une peur intime que nous connaissons tous."

 

L'auteur :

 

Tomás González

      « Le secret le mieux gardé de la littérature colombienne » : voilà comment Tomás González était présenté dans son pays en 2006. Il y est, depuis, largement commenté et reconnu.

Né en 1950 à Medellín, il a étudié la philosophie, a été barman dans une discothèque à Bogotá, passé trois ans à Miami dans une boutique de vélos, puis seize à New York comme traducteur. Il vit aujourd’hui, avec sa femme, dans une ferme à la campagne, à deux heures de route de Bogotá.

Il est l’auteur de six livres aux éditions Norma : Primero estaba el mar (publié pour la première fois en 1983), Para antes del olvido (1987), El rey del Honka-Monka (1995), Manglares (1997), La historia de Horacio (2000), Los caballitos del diablo (2003). Le septième, Abraham entre bandidos, sera prochainement publié aux éditions Alfaguara qui réédite du même coup tous ses livres

 

L'Histoire d'Horacio

par Tomas Gonzalez

Traduit de l’espagnol (colombien) par Delphine Valentin.

Editions Carnets Nord

Accueil - Carnets Nord

Septembre 2012
ISBN : 9782355360626 ; 224 pages ; 17 €



01/10/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres