Livres Critique

L'Enigme éternelle

    9782809814750-G-210x336.jpg

 

 

    On y croit à peine. L’Enigme éternelle, dernier roman de Pearl Buck, provient d'un manuscrit inédit, « miraculeusement découvert » dans un garde-meubles du Texas par Edgar Walsh, l’un des sept enfants adoptifs de l'auteure. Autre surprise : il ne s'agit en aucun cas d'une oeuvre mineure ; rédigée par une écrivaine à l'apogée de son talent, elle vient d'attirer toutes les louanges de la critique. C'est ainsi, par exemple, "qu'il s'agit de l’un des meilleurs romans de Pearl Buck. Les thèmes chers à l’auteur – exotisme, amours contrariés, douleur due au partage entre les continents – y sont tous présents, avec une sorte de mélancolie en prime. » ( Renaud Baronian, le Parisien ). Plus de quarante ans après la mort de l' auteure du fameux Vent d’est, vent d’ouest et prix Nobel de Littérature en 1938 ( à quarante six ans !), cette découverte rocambolesque contribue à arracher au passé celle qui fut l'écrivain américain le plus traduit dans le monde à la fin des années soixante. Attention ! Ce roman limpide, lisible à tout âge et pétri de culture extrême-orientale, pourrait bien vous offrir , en prime, " la jouvence du regard ".

 

Présentation de l'éditeur :

 

"Ohio, années 1930. Randolph Colfax, dit Rann, est un adolescent surdoué. À la mort de son père, il abandonne ses études pour chercher librement sa voie.
Il quitte les États-Unis pour l’Europe, où deux femmes vont lui faire découvrir les nuances de l’amour : Lady Mary, une aristocrate anglaise qui lui enseigne la sensualité, et Stéphanie Kung, une Sino-Américaine dont le père, un riche marchand d’art, offre à Rann sa succession et la main de sa fille. Le jeune homme refuse, et s’engage dans l’armée américaine.
De son expérience sur le front, en Corée, il tire un roman qui lui vaut un succès immédiat. De retour aux États-Unis, il retrouve Stéphanie, qui refuse à son tour de l’épouser…"

 

L'auteure :  Née en 1882 aux Etats-Unis,  Pearl Buck a été éduquée en Chine où elle a vécu une grande partie de sa vie avant de rentrer dans son pays natal. Elle est l’auteur de nouvelles, de pièces de théâtre, de romans… Première femme à obtenir le prix Pulitzer, en 1932, pour La Terre chinoise, elle a reçu le prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre, en 1938. Ses romans les plus célèbres, La Mère et Vent d’est, vent d’ouest, font figure de classiques. Elle est décédée en 1973.

 

L'Enigme éternelle

par Pearl Buck

Préface d'Edgar Walsh

Traduit de l'anglais (USA) par

Philippe Vigneron.

Éditions l'Archipel 

Juin 2014 ; ean : 9782809814750 ; 335 pages ; 21 €



22/07/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres