Livres Critique

Klaus Barbie. Nom de code : Adler.

 

 

zoom

 

 

 

 

 

 

 

     Ce qu'il faut absolument savoir sur le " boucher de Lyon " et, au-delà, sur l'hypocrisie des pouvoirs ayant  facilité sa fuite, voire, même, embauché l'ex-nazi dans des officines soi-disant vertueuses, comme la CIA ou le BND ( Service de renseignement ouest-allemand )... Cette enquête fascinante ne se limite pas à nous faire assister aux débuts du fonctionnaire Barbie.   Peter Hammerschmidt   instruit  la période d'après-guerre durant laquelle le tortionnaire a bénéficié de nombreux soutiens.   A quelques mois du trentième anniversaire du procès de Lyon, ce livre retrace l'itinéraire complet  d'un individu aussi dénué de scrupules que voué à la pire des idéologies. Comme l'explique l'historien François Kersaudy dans sa lumineuse préface : " Voilà un de ces livres que l'on n'oublie plus une fois qu'on l'a refermé" (p.9). 

 

 

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

 

 

"Capitaine SS et chef de la Gestapo à Lyon pendant la Seconde Guerre mondiale, Klaus Barbie se rend célèbre par sa cruauté et son efficacité dans la lutte contre les résistants et la persécution des juifs. En 1943, il arrête Jean Moulin et démantèle la quasi-totalité de la résistance régionale.

À la Libération, Barbie se met au service des Américains qui, dans l’Allemagne occupée, n’hésitent pas à recruter parmi les anciens nazis des spécialistes de la lutte anti- communiste. C’est le début de la guerre froide et l’ennemi d’hier devient un précieux allié contre l’URSS.

En 1951, désormais compromettant, il est exfiltré en Bolivie sous le nom de Klaus Altmann. Une fois sa vie reconstruite, il conseille activement les dictateurs boliviens et travaille aussi pour la CIA, et même pour les services secrets allemands !

Traqué notamment par Serge et Beate Klarsfeld, il faudra attendre 1983 pour que ses protections le lâchent et qu’il soit enfin extradé en France afin d’y être jugé.
Le 4 juillet 1987, la cour d’assises du Rhône reconnaît Klaus Barbie coupable de dix-sept crimes contre l’humanité et le condamne à la prison à perpétuité."

 

 

 

 

 

L'auteur :  Historien allemand originaire de Mayence, Peter Hammerschmidt s’est plongé pendant plus de quatre ans dans les archives américaines, allemandes, britanniques et françaises. Il a dû se battre contre les administrations qui lui refusaient l’accès à certains documents censés être accessibles aux chercheurs. Ce livre est le résultat d’un travail ambitieux et acharné, qui a été soutenu par la Fondation Rosa Luxemburg et primé par la Fondation Volkswagen.

 

 

 

 

 

Klaus Barbie. Nom de code : Adler.

Par Peter Hammerschmidt

Préface de François Kersaudy

Traduit de l'allemand par Danièle Darneau & Aurélie Duthod

Editions  Les Arènes

Les arènes

www.arenes.fr/

Isbn : 9782352045748 ; 470 pages ; oct. 2016 ; 24,90 €



29/12/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres