Livres Critique

Jours tranquilles d'un prof de banlieue

    

 

 

    Voici le « roman vrai » - ou, si l’on préfère, le récit romancé - des tribulations d’un prof dans un lycée polyvalent de la banlieue parisienne. Ici, ni lamentation ni  consternation devant le désastre de l’Education nationale. Et pas davantage de considération sur la « barbarie » triomphante sévissant dans les établissements scolaires. Il s’agit plutôt d’un constat – froid, implacable, sans appel – face au nihilisme régnant désormais dans les lieux où des aînés sont supposés « former » l’esprit de leurs rejetons dissipés.
    Texte souvent hilarant, mêlant tous les parlers, ces Jours tranquilles d’un prof de banlieue narrent la dernière semaine de cours d’un prof sans illusion. On le suit du « Fumistan » – où chacun va griller sa clope – à la salle des profs « qui sent le pâté ». On écoute des élèves s’interroger sur les Juifs, le Fanta, le string, l’amour, la télé. Cela aurait pu s’appeler « Jours tranquilles en grande banlieue »… Ce livre divertissant ne propose ni réforme ni morale. Pour l’auteur – qui philosophe dans sa cour de récréation – c’est déjà « trop tard ». Jusqu’à quand ?

    Jours tranquilles d'un prof de banlieue  répond à ceux qui se demandent ce qui se passe vraiment dans les bahuts de nos cités. Aux ados qui aimeraient savoir à quoi pensent leurs profs. Aux profs qui s'interrogent sur leur « vocation » d'enseignant. Et au ministre qui, peut-être, a envie de faire baisser la fièvre... C'est aussi un récit d'aventures. Et un document d'époque où tout - presque tout...- est véridique. Où la violence et l'argent suintent abondamment. Mais où le savoir et le désir ont aussi leur mot à dire. C'est enfin l'histoire d'un prof lambda à qui il reste "sept jours à tirer" avant les grandes vacances : tout à trac il esquive la canette de Fanta qu'on vient de lui lancer à la tête... Or, ce petit récipient d'aluminium fait dérailler son train-train et lui inspire nombre d’ anecdotes piquantes, fâcheuses et désopilantes.  Les lieux et les noms ont été, à l'évidence, transformés dans le récit de ses tribulations... afin d'éviter les problèmes juridiques. Toute ressemblance avec des personnes et des situations existantes ne serait donc pas fortuite.

 

 

Jours tranquilles d'un prof de banlieue

 

par Martin Quénehen

Editions Grasset

ISBN 9782246789239, 210 pages. 15 €uros

Né en 1978, Martin Quenehen a grandi en Normandie avant de « monter à Paris » pour y faire ses humanités. Il a exercé comme professeur d’histoire-géographie pendant sept ans dans un lycée polyvalent de la banlieue parisienne.



09/08/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres