Livres Critique

Dieu n'habite pas La Havane

zoom

 

 

 

 

 

 

 

 

    C'est l'histoire d' un danseur de rumba, Don Fuego,  brutalement rejeté  le jour où son patron lui apprend  la vente du café où il se produisait. A l'heure où l'île de Fidel Castro se tourne vers le capitalisme,  Yasmina Khadra nous offre une histoire à la fois musicale et sentimentale. Tombé de son nuage, Don Fuego perd peu à peu sa principale raison de vivre quand apparaît Mayensi. L'auteur nous conte les joies, la vie sociale et les flétrissures de Cuba. Il happe son lecteur avec cette   histoire d'amour fou entre un sexagénaire et une    jeune femme  vulnérable. Recréant à merveille l'ambiance cubaine, ce récit est un étourdissant voyage au pays de la musique reine, des belles métisses et des amours incandescentes.

 
 

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

 

 

"À l’heure où le régime castriste semble avoir vécu, Juan del Monte Jonava, à cinquante ans passés, chante toujours dans les cabarets de La Havane. Sa voix magnifique qui électrisait les foules lui a valu le surnom de « Dom Fuego », mais le temps s’est écoulé et sa gloire s’est ternie. À l’instar de nombreux Cubains habitués aux restrictions, Juan vit chez sa sœur et sa nombreuse famille. En quête d’un nouveau contrat, il traîne son mal être dans les rues de la ville, quand il tombe sur Mayensi, une jeune fille rousse et sauvage qui a fui son village. Touché par la grâce et le désarroi de la jeune fille, Dom Fuego décide de l’emmener chez sa sœur. Malgré la différence d’âge, il éprouve pour elle une attirance de plus en plus forte et, à son contact, la vitalité et la passion qu’il croyait à jamais disparues renaissent en lui. Hélas, cette beauté farouche semble nourrir une étrange méfiance à l’égard des hommes. Et si dom Fuego réussit à la séduire, il sait que ce moment de bonheur parfait qu’elle lui offre ne pourra être qu’une parenthèse miraculeuse.
Dieu n’habite pas La Havane est d’abord un chant d’amour dédié à toutes ces fabuleuses destinées, d’ici ou d’ailleurs, contrariées par un régime autoritaire et corrompu, ou par l’injustice d’un sort qu’elles n’ont pas choisi.
Chaque façade décrépie de La Havane cache une existence partie en volute, consumée en vain. De la splendeur oubliée de cette ville, il restera toujours un charme indéfinissable. De même que lorsque tout s’effondre autour de Dom Fuego, deux piliers indispensables lui resteront fidèles : sa famille et… la musique. Alliant la maîtrise et le souffle d’un Steinbeck contemporain, Yasmina Khadra mène avec subtilité une réflexion nostalgique sur la jeunesse perdue, sans cesse contrebalancée par la jubilation de chanter, de danser et de s’offrir sans compter à son public."

 

 

 

 

 

 

 

L'auteur : La plupart des romans de Yasmina Khadra sont traduits en plus de 40 langues. Adaptés au théâtre dans plusieurs pays (Amérique latine, Europe et Afrique), en bandes dessinées, certains de ses livres sont aussi portés à l'écran (Morituri ; Ce que le jour doit à la nuit ; L'Attentat). Les hirondelles de Kaboul est en cours de réalisation en film d'animation par Zabou Breitman. Yasmina Khadra a aussi co-signé les scenarios de La voie de l'ennemi, avec Forest Whitaker et Harvey Keitel, et de La Route d'Istanbul, tous deux réalisés par Rachid Bouchareb. Ce que le jour doit à la nuit a été adapté au cinéma par Alexandre Arcady en 2012. L'Attentat a reçu, entre autres, le prix des Libraires 2006 et a été traduit dans 36 pays. Son adaptation cinématographique par Ziad Doueiri est sortie sur les écrans en 2013.

 

 

Dieu n'habite pas La Havane

Par Yasmina Khadra

Editions Julliard

Julliard - Accueil du site

www.julliard.fr/

Isbn : 2-260-02421-1 ; 312 pages ; août 2016

 



13/09/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres