Livres Critique

Boy

 

1507-1.jpg

 

 

   Souvenez-vous : dans United Colors of Crime, Richard Morgiève nous avait offert un "opéra noir" constellé d'aphorismes saisissants (  « Dieu, c’est bien, mais la liberté c’est mieux » ; « L’histoire du monde blanc, c’est celle du mensonge comme seul instrument de pouvoir… » ). Son dernier roman, Boyprodigue des pages tout aussi épatantes en forme, cette fois,  "d'opéra" épique façon Philippe K. Dick : la frontière de plus en plus floue entre l'homme et la femme, l'humain et la machine, le réel et le virtuel, les failles temporelles, tout se conjugue  pour décrire une époque dont la vanité/virtualité ne cesse d' éclater. Un rien désabusé ( "les gens vont sans pitié, sans raison...") - c'est la marque du roman noir -, Richard Morgiève nous offre  ici une oeuvre littéraire parfaite. Magnifique !

 

Présentation de l'éditeur :

 

"Après United Colors of crime, salué par la critique, Richard Morgiève poursuit avec Boy l’exploration des thèmes qui le hantent : l’amour, l’honneur, le courage, la rencontre avec l’autre.

« Une panne d’électricité éteint la ville devant eux. À chaque mètre qu’ils font, la lumière recule. Les rues s’enlisent lentement dans l’obscurité, les passants semblent sortir de rien. De temps en temps une enseigne lumineuse résiste, notamment cet Oasis Kaboul jaune et orange, vert. Les phares des voitures entretiennent une illusion, celle d’un monde à la merci de l’homme, un monde sécurisé. Mais le monde n’existe pas, songe Boy. On l’invente pour ne pas crier, ne pas se percer les tympans. »

 

Une histoire d’amour, comme toujours chez Morgiève : amour-haine pour un père-voyou, amour-haine pour la lâcheté, amour-haine pour soi-même – mais quoi de plus proche de l’amour que la haine ? L’amour de Boy est à la hauteur de ses impossibilités. Elle ne sait pas qui elle est. Elle cherche désespérément l’amour d’un, d’une autre. Roman tragique aux allures de thriller, roman épique sur décor sanglant du monde d’aujourd’hui. Roman sexuel, noir, où les fantasmes se disent à chaque page."

 

L'auteur : 

Richard Morgiève

Auteur, dans une première vie, d’une trentaine de romans, dont Un petit homme de dos et Vertig (Prix Wepler 2005), Richard Morgiève s’est aperçu en 2009 qu’il avait perdu, en cours de route, son identité. En ouvrant un tiroir, il est tombé sur son acte de naissance. Il était né Morgiewicz, comme cet oncle supposé mort à Monte Cassino, qui lui a inspiré Chaim de United Colors of Crime, son précédent roman.

 

Boy

par Richard Morgiève

Editions Carnets Nord / Carnets Nord: Accueil 

Format 140x210 ; 288 pages ; isbn : 9782355361180 ; 18 €

 



15/01/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres