Livres Critique

A l'orée du verger.

zoom

 

 

 

 

 

 

   Installés dans l'Ohio pour le meilleur et, surtout,   pour le pire, James et Sadie doivent planter les pommiers requis par les autorités si l'on veut devenir propriétaire.   Or, l'un aime les pommes à croquer quand l'autre - en l'occurrence, l'épouse accablée - préfère les pommes acides afin de confectionner du cidre réparateur. Le récit se prolonge avec  les histoires de  Robert, leur fils, parti à la conquête de l'Ouest, et de sa soeur, Martha, souhaitant éperdument le retrouver. L'auteure nous plonge  dans le cortège de drames  accablant les colons d'alors : maladies, morts d'enfants, violences et misères en tous genres.  Elle met aussi en scène  des figures  véridiques, comme John Chapman, alias John Appleseed, qui fournissait les pionniers soucieux de s'installer en greffons ou graines.    En 1831, Alexis de Tocqueville avait   évoqué le rude quotidien  des pionniers du Nouveau Monde ( cf.   : Quinze jours au désert avec Tocqueville : une vraie ... - Livres Critique ).  A l'Orée du Verger, de Tracy Chevalier, nous offre une illustration parfaite  de   cette période. Mêlant   souffle épique et souci du détail,  son récit tourmenté et grandiose renouvelle  notre regard sur la colonisation de l'Amérique. Incroyablement similaire à celle de Tocqueville qui fut emballé par la nature et la forêt primaire, cette ode à la nature est à lire très vite. 

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

 

"En 1838, dans l’Ohio, la famille Goodenough s'installe sur les terres marécageuses du Black Swamp, dans l'Ohio. Chaque hiver, la fièvre vient orner d'une nouvelle croix le bout de verger qui fait péniblement vivre cette famille de cultivateurs de pommes. Tandis que James, le père, tente d'obtenir de ces terres hostiles des fruits à la saveur parfaite, la mère, Sadie, en attend plutôt de l'eau-de-vie et parle à ses enfants disparus quand elle ne tape pas sur ceux qui restent.
Quinze ans et un drame plus tard, leur fils Robert part tenter sa chance dans l'Ouest. Il sera garçon de ferme, mineur, orpailleur, puis renouera avec la passion des arbres en prélevant des pousses de séquoias géants pour un exportateur anglais fantasque qui les expédie dans le Vieux Monde. De son côté, sa sœur Martha n'a eu qu'un rêve : traverser l'Amérique à la recherche de son frère. Elle a un lourd secret à lui faire partager...
Tracy Chevalier nous plonge dans l’histoire des pionniers et dans celle, méconnue, des arbres, de la culture des pommiers au commerce des arbres millénaires de Californie. Mêlant personnages historiques et fictionnels, des coupe-gorge de New York au port grouillant de San Francisco, À l’orée du verger peint une fresque sombre mais profondément humaniste, et rend hommage à ces femmes et ces hommes qui ont construit les États-Unis."

 

 

L'auteure :  Tracy Chevalier a plusieurs cordes à son arc : éditrice, journaliste, écrivain et organisatrice d'expositions. Elle a connu un énorme succès mondial avec Girl with a Pearl Earring (La Jeune Fille à la perle),  livre inspiré par le célèbre tableau de Vermeer . Le film éponyme a obtenu trois nominations aux Oscars du cinéma en 2004.

 

 

 

 A l'Orée du verger

(At the Edge of the Ochard)

Trad. de l'anglais (États-Unis) par Anouk Neuhoff

Quai Voltaire - Les Editions de La Table Ronde

www.editionslatableronde.fr/

Isbn 978 2 7103 7763 4 ; mai 2016 ; 336 pages ; 22,50 €uros.



20/05/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres